LA RECHERCHE À ESPOL

Julien NAVARRO

Maître de conférences en science politique et directeur du centre de recherche ESPOL-LAB / Director of ESPOL-LAB, Associate Professor in Political Science

“La recherche représente un axe de développement prioritaire pour ESPOL : elle a pour mission de fertiliser les programmes de formation de notre école et d’offrir aux étudiants un environnement intellectuel stimulant.”

L’EUROPE DANS LA MONDIALISATION ET LA QUALITÉ DE LA DÉMOCRATIE

ESPOL-LAB est l’unité de recherche d’ESPOL. Elle fédère une équipe de 13 enseignants-chercheurs qui se donnent le politique comme objet central d’investigation et d’analyse. L’interrogation sur les frontières du politique et sur le rapport du politique à la vie en société est au cœur du projet scientifique d’ESPOL-LAB. Quelle est la portée réelle de la décision politique ? Quels en sont les ressorts ? Dans quelle mesure le politique renvoie-t-il (encore) aux modalités de régulations des sociétés ? Le doit-il ? L’apparente fragilité de l’Etat contemporain accentuée par l’éclatement des allégeances identitaires, la mondialisation croissante des économies et l’émergence de nouvelles formes de violence et de gouvernance viennent souligner la difficulté à organiser les rapports sociaux et à donner sens au vivre ensemble. Pour autant, si l’Etat moderne peut ne plus apparaître comme le cadre exclusif à l’intérieur duquel s’élaborent et se transforment  les règles communes, il n’en garde pas moins un attrait inégalé et une capacité à orienter et à organiser le devenir des sociétés.

Dans ce contexte, ESPOL-LAB a pour vocation de contribuer à éclairer les processus de décision politique, leurs fondements normatifs et les contraintes qu’ils subissent, ainsi que le rapport continuellement transformé au territoire et à la violence en s’appuyant sur une équipe où les principaux sous-champs de la science politique (politiques publiques, relations internationales, politique comparée, histoire des idées politiques, théorie politique) sont représentés.

Pour cela, les recherches conduites au sein d’ESPOL-LAB s’articulent autour de trois axes thématiques qui ont pour visée commune d’interroger les transformations contemporaines du politique : (1) Qualité de la démocratie ; (2) Régulations ; (3) Reconfigurations de l’International. L’Europe constitue une dimension structurante des recherches conduites à ESPOL présente dans chacun des trois axes thématiques.

Les activités d’ESPOL-LAB sont conduites au travers :

  • d’un séminaire généraldont les séances bimestrielles nourrissent, chacune à leur tour, les recherches conduites au sein des trois axes présentés ci-dessus ;
  • de présentations de leurs travaux par des enseignants-chercheurs, français et étrangers, régulièrement invités soit à l’occasion de la publication d’un de leurs articles/ouvrages, soit pour fournir un éclairage sur des thèmes d’actualité ;
  • de conférences thématiques (en moyenne 1 par mois) : ouvertes aux étudiants, ces conférences doivent permettre de promouvoir les approches interdisciplinaires sur des objets et des thèmes proches de ceux étudiés dans le cadre des axes de recherches ESPOL-LAB, mais qui ne se confondent pas avec eux ;
  • de groupes de travail tel celui portant sur le terrorisme et le contre-terrorisme (GT/C) dont l’ambition est d’établir les conditions d’un dialogue constructif entre universitaires et praticiens de la défense, de la sécurité, du renseignement, de la justice et du travail social.

Ensemble ces différents formats doivent assurer les conditions d’une recherche rigoureuse d’un point de vue théorique et solidement informée d’un point de vue empirique, résolument interdisciplinaire et ouverte à l’international.

 

Axes

Axe 1 : Qualité de la démocratie (responsable : Giulia Sandri)

A partir d’une réflexion sur les principes fondamentaux de la démocratie, cet axe thématique vise à analyser les conditions formelles et procédurales de la démocratie, la capacité des institutions politiques à satisfaire ces critères ainsi que les causes et conséquences de la démocratie. Les recherches menées sur ces enjeux dépassent une lecture strictement juridique de la démocratie pour privilégier aussi bien une réflexion théorique sur les critères du bon gouvernement qu’une analyse empirique des processus politiques.
Mobilisant les outils de la philosophie politique, de la sociologie politique et de l’analyse des politiques publiques, les travaux de cet axe portent plus spécifiquement sur :
– la représentation politique (élections, partis et parlements)
– les nouveaux espaces de la démocratie (notamment la démocratie économique)
– la démocratie électronique

Axe 2 : Régulations (responsable : Catherine Hoeffler)

Cet axe d’ESPOL-Lab porte sur les recompositions de la régulation des sociétés. En adoptant une définition large, on entend par ce terme la production et la mise en œuvre de normes et de programmes d’action sur un territoire donné par une organisation jouissant d’une certaine légitimité. En ce sens, la régulation comprend tant l’activité de gouvernement que les normes et dispositifs privés visant à organiser un secteur d’activité ou les relations sociales. Loin d’être une activité neutre ou purement fonctionnelle, la régulation implique fondamentalement des conflits matériels et idéels qui en sont la cause et/ou en découlent, qu’il convient d’analyser.
Questionner le politique par la régulation implique un triple questionnement en termes d’acteurs, de territoires, et enfin, de nature ou forme de celle-ci. Concernant les acteurs, la question est celle du fameux « qui gouverne ? », interrogeant les acteurs influençant la production de normes et leur mise en œuvre. La régulation change également potentiellement de territoires, avec la prise d’importance d’arènes infra-, supra- mais aussi transnationales. Enfin, la forme et la nature de la régulation vise le contenu de ses dispositifs : ce sont les modes de coordination entre acteurs et les instruments de la régulation qui évoluent, avec la promotion d’une conception néolibérale les concernant, appuyant sur les impératifs d’horizontalité, de rentabilité et de performance économique.
Ces questions se retrouvent dans l’analyse des politiques publiques, dans un cadre local, national, transnational ou international, ainsi que dans l’analyse de ce qu’on appelle souvent la gouvernance internationale. Cet axe est ancré notamment mais de manière non exclusive dans les disciplines de la science politique, de l’économique politique (comparée et internationale) et de la sociologie économique. Les domaines d’application sont divers : la sécurité et la défense, l’économie, l’environnement sont autant de domaines de régulations étudiés. Plusieurs thèmes animent les travaux de cet axe :
– Les relations entre autorités publiques et privées dans la formulation et la mise en œuvre de la régulation
– Les instruments de la gouvernance (incitations, etc)
– L’Etat et le néo-libéralisme, avec un accent sur les politiques d’austérité
– Légitimations et contestations des régulations

Axe 3 : Reconfigurations de l’International (responsable : Philippe Bonditti)

Cet axe thématique explore les transformations contemporaines de l’International. Classiquement appréhendé comme espace abstrait et sans territoire propre enveloppant des phénomènes politiques et sociaux qui s’établiraient soit totalement hors de l’Etat soit entre les Etats, l’International peut aussi se comprendre comme un certain régime de limites, historiquement contingent, articulé autour de la division spatiale entre l’interne et l’externe, et à partir duquel a pu s’élaborer tout un ensemble de distinctions normatives et structurantes de la pratique politique et de la compréhension même du politique : distinction entre le citoyen et l’étranger, entre la politique intérieure et la politique étrangère, entre le crime et la guerre, entre le criminel et l’ennemi, entre la sécurité intérieure et la défense nationale, entre la police et les forces armées etc.
S’il a toujours été mis à l’épreuve et s’il s’est continuellement transformé sous les effets, notamment, d’une tendance à l’intégration globale tant sociétale qu’institutionnelle, et contrairement à ce qu’a pu suggérer une certaine littérature à propos de l’avènement d’un « monde global et sans frontière, » l’International ne s’est toutefois jamais totalement dissolu dans une « politique mondiale » (world politics) qui ferait abstraction des Etats ou se déploierait au delà d’eux. Plutôt que de disparaître, l’Etat se transforme et, avec lui, l’International dont les travaux conduits sous ce troisième axe se proposent d’explorer les reconfigurations contemporaines.
Dans une perspective critique et résolument réflexive, ces travaux interrogent tout particulièrement les inclinaisons et les réorientations du processus historique de construction de l’Etat moderne, le rapport transformé à l’espace, aux frontières et à l’ennemi, les procédures contestées (et pourtant continuellement réaffirmées) de légitimation de l’autorité souveraine étatique et les transformations des conditions d’exercice de violence.
Parmi les thèmes qui animent les travaux de cet axe, on mentionnera notamment :
– la sécurité internationale et les organisations régionales et internationales de sécurité,
– les conflits armés, la guerre et la stratégie militaire,
– le terrorisme et l’antiterrorisme.

Équipe

EQUIPE
L’équipe d’ESPOL-LAB se compose de 13 enseignants-chercheurs qui se donnent le politique comme objet central d’investigation et d’analyse : 10 maîtres de conférences, un professeur associé HDR, un maître-assistant et un chercheur post-doctorant.
La direction d’ESPOL-LAB est assurée par Julien Navarro.
Les membres de l’équipe renforcent de leur expertise le dispositif pédagogique d’ESPOL (direction de mémoires de recherche, cours de méthodologie, groupes de lectures, etc.). Les manifestations scientifiques organisées au sein de l’Ecole sont naturellement ouvertes aux étudiants.

Réseaux

ESPOL-LAB est membre de l’ECPR (European Consortium for Political Research), le principal réseau de recherche en science politique en Europe. L’équipe apporte son soutien à la Revue Internationale de Politique Comparée.

Dernières publications

BREXIT CONFERENCE

Venez assister à notre colloque sur le Brexit les jeudi 9 et vendredi 10 novembre. Des experts en provenance d’universités et centres de recherche européens,...
Lire la suite

L'équipe ESPOL-LAB

Alexis MASSART

Directeur d’ESPOL et maître de conférences en science politique / Director of ESPOL, Associate Professor in Political Science

Zach BASTICK

Chercheur postdoctoral en science politique

Philippe BONDITTI

Maître de conférences en science politique Associate Professor in Political Science

François BRIATTE

Maître assistant en Science politique / Academic Advisor

Thierry CHOPIN

Professeur en science politique

Brendan COOLSAET

Maître de conférences en environnement et développement à ESPOL

Janis GRZYBOWSKI

Assistant Professor/Maître de conférences

Catherine HOEFFLER

Maître de conférences en science politique et directrice du Master en études européennes et internationales / Associate Professor in Political Science, Director of the Master’s Degree in Global and European Politics

Julien NAVARRO

Maître de conférences en science politique et directeur du centre de recherche ESPOL-LAB / Director of ESPOL-LAB, Associate Professor in Political Science

PIERRE-YVES NERON

Maître de conférences en philosophie politique et sociale / Associate professor in social and political philosophy

Giulia SANDRI

Maître de conférences en science politique et Directrice des relations internationales / Associate Professor in Political Science, head of international relations

Antonella SEDDONE

Chercheuse post-doctorante en science politique / Assistant Professor in Political Science

Sabine WEILAND

Maître de conférences en science politique et Directrice du Master spécialisation « food policy » / Associate Professor in Political Science and Director of the Master programme in Food Policy

Les conférenciers venus donner une conférence dans le cadre du cycle des rencontres organisées par ESPOL- LAB :

 

Leonardo Morlino, Professeur à l’Université LUISS de Rome, Italie
Dirk Berg-Schlosser, Professeur à l’Université de Marburg, Allemagne
Herwig Reynaert, Professeur à l’Université de Gand, Belgique
Sabine Saurugger, Professeur à Sciences Po Grenoble, France
Cornelia Woll, Professeur à Sciences Po Paris, France
Laurent Bouvet, Professeur à l’Université de Versailles-Saint-Quentin, France

François Foret, Professeur à l’Université Libre de Bruxelles, Belgique
Olivier Rozenberg, Professeur à Sciences Po Paris, France
Michael Holmes, Professeur à Liverpool Hope University, Grande-Bretagne
Raul Magni Berton, Professeur à Sciences Po Grenoble, France
Ioannis Papadopoulos, Professeur à l’Université de Lausanne, Suisse

X